Guide du séquenceur et apprentissage


Asturia ARP2600
Asturia ARP2600
Dans les années 70, le séquenceur est inconnu, mais chacun veut une chaine haute fidélité posée dans son salon. L’oreille collective est en pleine effervescence et devient exigeante avec le son. Comme au concert, la musique arrive dans la maison avec une qualité toute nouvelle. La stéréophonie crée un rendu environnemental de l’évènement diffusé, et de la pointe du saphir aux aimants des haut-parleurs, on ne plaisante plus avec le son. Il est à remarquer que cela n’est plus d’actualité avec les nouveaux standards de compression comme le mp3. Certains posent leur Technics SL sur un bac à sable pour l’isoler des moindres vibrations. La structure gravée, sculptée dans le sillon du disque vinyle va devenir une image numérique. Dans les deux cas, l’onde sonore montrait son champ vibratoire; mais avec l’informatique, celui-ci s’agrandissait jusqu’à des résolutions toujours plus fines. Le son était devenu image et se traiterait maintenant informatiquement. Le MIDI trouve sa source antérieurement à l’arrivée de l’informatique grand-public, mais avant le début des années 80, il n’est que peu connu.
Le MIDI, c’est avant tout un système de synchronisation qui permet d’interpréter le temporel, de le recevoir, l''émettre ou encore de l''influencer. Le système de synchronisation permet aux appareils midi de prendre le départ en commun et de s’aligner sur les signaux de synchronisation qu’ils reçoivent, ou qu’ils émettent, en tant que maître du temps. L’échange de données entre appareils MIDI devient alors « Full-duplex », comprenez "en même temps dans les deux sens", de la façon d’émettre et de recevoir. Cet échange d’informations assure aussi l’automatisation en temps réel par les transferts de paramètres et le déclenchement temporisé. On peut ainsi piloter plusieurs appareils à la fois, qui ont été préprogrammés pour la séquence qu’ils s’apprêtent à reproduire en synchronisation. La boite à rythme donne le top départ, et les synthétiseurs ou les ordinateurs déroulent leur partitions en suivant le même tempo.

Atari 1040ST
Atari 1040ST
Au milieu des années 80, la synchronisation MIDI évolue vers l’extérieur de son système pour se faire piloter par un moteur, celui entraine la bande magnétique d''une cassette audio. L’enregistreur à bande lui délègue une piste, sur laquelle un signal MIDI de « crics-cris-crissements » sonores est enregistré préalablement par un appareil midi.L’arrivée des logiciels séquenceurs accessibles aux amateurs, va révolutionner l’enregistrement et pas seulement. Le principe de synchronisation est le même que celui de la bande mais en bien plus évolué. Ces logiciels permettent de croiser dans un même environnement le MIDI et l’audio, en prenant en charge automatiquement leurs paramètres de synchronisation. La découpe ou le copier-coller de parties que l''on mélange à souhait, avec facilité, ouvrent de nouveaux horizons.

La synthèse sonore se calcule et se traite visuellement. L’espace graphique donne accès à une multitude de paramètres, d’effets et de traitement sonore aux travers de fenêtres toujours plus détaillées. Mais la réelle différence se situe dans la qualité de l’enregistrement et la réduction du souffle. Naît alors le débat sur la musicalité machine des traitements synthétiques, mais cela ne concerne que peu l’amateur au regard du prix des appareils en rack. La lampe imparfaite procure une chaleur et un rendement différents du transistor ou du numérique, mais c’est jouer sur le détail pour l’amateur. De nouveaux sons jamais entendus apparaissent par superposition de couches synthétiques formant des ensembles harmoniquement riches. Seule la corde pincée ou frottée peine à être reproduite par le MIDI, qui a toujours bien du mal à imiter la complexité de la guitare.

Le logiciel séquenceur offre l’installation d’un studio complet et de qualité dont on ne peut plus faire l’impasse pour tout projet de production sonore. Le MIDI offre la possibilité de structurer facilement et rapidement un morceau pour en visualiser le plan, de créer des nappes d’accords ou des lignes mélodiques. D''autres avantages sont dans l’emploi des musiciens virtuels toujours disponibles, l’interchangeabilité de leurs instruments, et le réglage en détail de leur timbre ou de leur jeu. Toujours prêts pour vous accompagner ou pour enregistrer selon nos désirs. Le stand de batterie et le batteur qui ne sera pas là pour l’enregistrement sont remplacés par la machine virtuelle.

Depuis quelques années, on s’attaque à la composition virtuelle en s’efforçant d’améliorer les algorithmes et applications, dans le but qu’ils produisent une improvisation typée. Mais l’aléatoire n’est pas le point fort de la machine, elle qui est conçue pour le contraire. Après trente années de révolution algorithmique sonore, la musique humaine reste inégalable par sa sensibilité, son scintillement émotionnel et la fragilité de son imperfection.


Un logiciel séquenceur, pour quoi faire?


A l''enregistrement et à la production sonore. Pour enregistrer sur plusieurs pistes séparées en direct, ou chacune à son tour. Pour manipuler chacune ou l''ensemble afin de traiter la matière sonore. De les découper en parties pour les coller autrement, afin d''essayer d''autres arrangements. De réaliser un mixage pour les fusionner en sortie "fichier audio". Il conserve tous les paramètres de votre travail que vous reprenez où, et quand vous le souhaitez.

Il servira au chanteur comme au musicien à s''enregistrer sur un playback instrumental. Mais il est indispensable à la composition musicale et à l''appréhension du son et de la musique en général. Il est à parier que si Mozart avait possédé un logiciel séquenceur, il n''aurait jamais écrit une seule partition!


Fonctionnement d’un logiciel séquenceur


ex_1Avant de vous lancer, voici l’essentiel à savoir. Comme pour un logiciel de traitement d’images, le logiciel séquenceur utilise des calques nommés parfois track, voie ou piste. Comme des calques, ils vont contenir des photos sonores superposées qu’on va pouvoir retoucher séparément ou ensemble. Mais le principe est similaire aux calques d’images et à la fin, toutes les pistes seront écrasées et confondues en une seule, celle qui deviendra le fichier de sortie mono, stéréo ou plus, celle qui pourra être interprétée par tous les lecteurs standards, comme par exemple le lecteur multimédia Windows.

Le cœur du séquenceur est la fenêtre qui affiche les lignes des voies qui peuvent être du midi ou de l’audio, sauf exception. Lors de la lecture, une barre verticale de synchro (ou barre de transport) se transporte sur la règle temporelle en matérialisant le suivi en temps réel du moment de synchronisation. Ce moment représente l’instant temporel où les flux audio et midi vont se rejoindre par synchronisation, un peu comme lorsqu’on manipule une fermeture éclair. Les crans viennent s’ajuster l’un en face de l’autre pour n’en faire qu’un. Ces voies ou pistes temporelles sont élastiques entre elles autour de ce moment. Elle peuvent être étirées ou rétrécies, ce qui permet aussi de les réaligner lors d’une désynchronisation. Elles contiennent les conteneurs MIDI ou audio pour lesquelles elles sont spécialisées. Un fichier ou une partie MIDI ne peut pas être ajouté à une piste audio et vice versa. Un conteneur est une partie enregistrée que l''on peut copier, coller, manipuler et déplacer sur la règle temporelle. On peut aussi l''éditer de différentes façons selon l''objectif, comme éditer la partition imprimable pour un conteneur MIDI..


Les pistes ou voies du séquenceur


Comme nous l’avons vu, les pistes d''un séquenceur sont spécialisées. Les pistes audio sont traitées par le même moteur que le MIDI, et de leur enregistrement jusqu’à leur sortie qui les écrasera avec le midi, les applications qui les servent sont distinctes. Le conteneur audio présente sa waveform, l’image audio. La hauteur des crêtes montre les taux de volume à l’enregistrement et donc, la quantité d’informations contenues dans ces phases ondulatoires de l’image. Une image trop petite risque d’avoir peu de matière et beaucoup de souffle lorsqu’on l’agrandira ou normalisera. Normaliser l’image, le séquenceur le fait automatiquement sur simple demande et c’est la première chose qu’il convient de faire après un enregistrement. Un conteneur peut contenir un fichier importé dans sa totalité, ou des bouts qui ont été découpés de ce fichier ou d’autres. Mais il peut aussi contenir un enregistrement audio ou Midi. Mais les conteneurs audio et MIDI d''un séquenceur ne sont pas interchangeables.

Le conteneur audio

Conteneur audio - ligne d’écrêtageL''image de cet enregistrement montre la normalisation. L''image est grossie, le son est amplifié et la flèche jaune montre la hauteur maximum de la ligne d’écrêtage. A partir de là, le grossissement de l''image rognera les crêtes et on perdra de la matière sonore, même si c''est très peu. La partie gauche montre l''image sonore avant, et après normalisation pour celle de droite. On obtient un résultat équivalent à celui d''un bouton de volume que l''on tournerait, à la différence qu''on ne saurait jamais sans le voir, où se trouve son maxi à ne pas franchir. Car au-delà la qualité en dépend.

Les crêtes seront traitées ultérieurement avec des outils plus adaptés que sont les compresseurs.

Le conteneur MIDI

conteneur MIDI Le conteneur MIDI se présente sous forme de portée et celle de la photo est grossie afin d''apercevoir les "notes" midi, en noir. Par double-clic sur une partie MIDI, celle-ci s''ouvre sous un autre affichage, celui de l''éditeur principal. Des éditeurs, il en existe plusieurs qui répondent au besoin du travail à effectuer, comme celui qui permet d’insérer et de gérer des paroles qu''on voudrait rajouter ou encore celui qui sert à éditer la Drum. La boite à rythmes MIDI ne comportant pas de notes adaptée au conteneur MIDI des autres instruments, il est préférable de l''indiquer dès le début, par le bouton prévu à cet effet. A défaut, le drum sera quand même éditée comme tout autre instrument MIDI.

Editeur MIDI d''instrumentSur la photo ci-contre, le même fichier MIDI d''instrument a été ouvert avec les deux éditeurs . A gauche, on aperçoit le piano matérialisant les notes, et à droite, les percutions de la drum. Autre différence, la durée des notes est un trait pour les instruments et un point pour la batterie.


Import, export et enregistrement des fichiers


Avant de pratiquer un premier enregistrement, il est bien de commencer par importer les fichiers sur lesquels on va travailler. Après quoi, il faudra aussi exporter du logiciel, son travail dans un fichier. Ces fonctions se trouvent généralement classées dans le menu « Fichier ». Elles permettent d’importer différents types de fichiers, dont ceux qui nous occupent ici, soit l’audio et le MIDI. Pour l’export, celui-ci est fait normalement à partir de la "sortie de table", et le fichier exporté pourra l’être sous différents formats de compression audio selon le poids et la qualité souhaités.

Enfin, il est possible de sauvegarder tout ou partie des paramétrages utilisés, que ce soit l’automatisme, les réglages de la table de mixage ou les bus d’entrées – sorties. Des sauvegardes automatiques régulières peuvent se paramétrer et il est conseillé de le faire pour ne pas perdre sa matinée de travail.


Apprentissage


Un apprentissage qui ne demande rien à acheter, sur la Mercedes du logiciel, du solide donc ! Il faut bien en choisir un et autant qu''il soit efficace.

Cubase est propriété de la société allemande Steinberg Media Technologies, propriété de Yamaha Music Europe. C''est en 2002 que le SX1.0 apparait comme successeur de la série VST. Ce moteur de nouvelle génération fait preuve de fiabilité, et l''année suivante sort la version Cubase SX2.0/Cubase SL2.0 qui s''inscrit dans la durée. C''est aussi la version utilisée dans ces tutoriels sur Cubase SX.

cub-sxComme la version 8 vient de sortir, on peut imaginer que le Cubase SX soit laissé libre pour une utilisation gratuite, vu son âge. On le trouve facilement en téléchargement gratuit. (Voir cette page). Il s''installe sous Windows XP ou Win7 sans problème.

Sur fond de look rétro style VisualBasic, il reste un séquenceur de grande qualité, complet et efficace qui sait très bien faire l''essentiel de ce que l''on peut attendre de ce type de logiciel.

La version SX3, même semblable, à le désavantage d''un changement de présentation, ce qui perturbe un peu.

Nous commencerons ici, dès l''ouverture de la fenêtre des ASIO au moment de l''installation, ou de la première ouverture du logiciel. Si tel n''était pas le cas, voici comment accéder aux ASIO.


Cubase Facile


Vous trouverez ici des tutoriels sur Cubase que je vous conseille de suivre, avec votre logiciel Cubase ouvert à côté. Il vous suffira d''importer un des exemples ci-dessous et de l''ouvrir pour commencer. Des tutoriels à garder sous la main pour progresser.

Documentation technique pdf sur les effets de Cubase (en francais) : Audio_Effects_and_VSTi

Jean Lisamano