De l'autre cote de la rue.kar

€0.01
Référence: file3287
Taille en ko: 
46
Date de modification: 
Contenu du fichier
Paroles et Musique: Michel Emer
Mega- Retro
Editions Paul Beuscher
Arrangement Midi-files de M. Senegond Patrick
psenegon@club-internet.fr
@KMIDI KARAOKE FILE@LFrench@TDe l'autre côté de la rue@TEdith Piaf@TParoles et Musique: Michel Emer (1944)

Des murs qui se lézardent,
Un escalier étroit,
Une vieille mansarde
Et me voilà chez moi.
Un lit qui se gondole,
Un' table de guingois,
Une lampe à pétrole
Et me voilà chez moi

Mais le soir, quand le cafard me pénètre
Et que mon coeur est par trop malheureux,
J'écarte les rideaux de ma fenêtre
Et j'écarquille les yeux.

D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' bell' fille
Qui a tout c'qu'il lui faut
Et mêm' le superflu.
D'l'autr' côté d'la rue,

Elle a d'l'argent, un' maison, des voitures,
Des draps en soie, des bijoux, des fourrures.

D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' bell' fille.
Si j'en avais le quart, je n'en d'mand'rais pas plus,
D'l'autr' côté d'la rue.

Quand je sors de l'usine
Il pleut ou il fait froid.
Mais je courbe l'échine,
Et je rentre chez moi
Faut monter sept étages,
Suivre un long corridor.
Je n'ai plus de courage.
Je me couche et je dors

Et le lend'main faut que tout recommence.
J'pars au travail dans le matin glacé,
Alors je m'dis y'en a qui ont trop d'chance
Et les autres pas assez.

D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' bell' fille
Pour qui tout's nos misèr's
S'ront toujours inconnues.
D'l'autr' côté d'la rue,

Quand il fait froid, ell' dans' des nuits entières,
Quand il fait chaud, ell' s'en va en croisière.

D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' bell' fille
Vivre un seul jour sa vie, je n'en d'mand'rais pas plus,
D'l'autr' côté d'la rue.

J'le connaissais à peine,
On s'était vu trois fois
Mais à la fin d'la s'maine
Il est venu chez moi.
Dans ma chambre au septième,
Au bout du corridor,
Il murmura: "Je t'aime".
Moi j'ai dit: "Je t'adore".

Il m'a comblée de baisers, de caresses
Je ne désire plus rien dans ses bras.
Je vois ses yeux tout remplis de tendresse,
Alors je me dis tout bas:

D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' pauvr' fille
Qui n'connaît rien d'l'amour,
Ni d'ses joies éperdues.
D'l'autre côté d'la rue,

Ell' peut garder son monsieur qu'ell' déteste,
Ses beaux bijoux, tout son luxe et le reste.

D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' pauvr' fille
Qui regarde souvent, d'un air triste et perdu,
D'l'autr' côté d'la rue.Des murs qui se lézardent,
Un escalier étroit,
Une vieille mansarde
Et me voilà chez moi.
Un lit qui se gondole,
Un' table de guingois,
Une lampe à pétrole
Et me voilà chez moi
Mais le soir, quand
le cafard pénètre
Et que mon coeur
est par trop malheureux,
J'écarte les rideaux
de ma fenêtre
Et j'écarquille les yeux.

D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' bell' fille
Qui a tout c'qu'il lui faut
Et mêm' le superflu.
D'l'autr' côté d'la rue,
Elle a d'l'argent,
un' maison, des voitures,
Des draps en soie,
des bijoux, des fourrures.
D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' bell' fille.
Si j'en avais le quart,
je n'en d'mand'rais pas plus,
D'l'autr' côté d'la rue.

Quand je sors de l'usine
Il pleut ou il fait froid.
Mais je courbe l'échine,
Et je rentre chez moi
Faut monter sept étages,
Suivre un long corridor.
Je n'ai plus de courage.
Je me couche et je dors
Et le lend'main
faut que tout commence.
J'pars au travail
dans le matin glacé,
Alors je m'dis y'en a
qui ont trop d'chance
Et les autres pas assez.

D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' bell' fille
Pour qui tout's nos misèr's
S'ront toujours inconnues.
D'l'autr' côté d'la rue,
Quand il fait froid,
ell' dans' des nuits entières,
Quand il fait chaud,
ell' s'en va en croisière.
D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' bell' fille
Vivre un seul jour sa vie,
je n'en d'mand'rais pas plus,
D'l'autr' côté d'la rue.

J'le connaissais à peine,
On s'était vu trois fois
Mais à la fin d'la s'maine
Il est venu chez moi.
Dans ma chambre au septième,
Au bout du corridor,
Il murmura: "Je t'aime".
Moi j'ai dit: "Je t'adore".
Il m'a comblée de baisers,
caresses
Je ne désire plus rien
dans ses bras.
Je vois ses yeux
tout remplis de tendresse,
Alors je me dis tout bas:

D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' pauvr' fille
Qui n'connaît rien d'l'amour,
Ni d'ses joies éperdues.
D'l'autre côté d'la rue,
Ell' peut garder
son monsieur qu'ell' déteste,
Ses beaux bijoux,
tout son luxe et le reste.
D'l'autr' côté d'la rue,
Ya un' fille,
Ya un' pauvr' fille
Qui regarde souvent,
d'un air triste et perdu,
D'l'autr' côté d'la rue.

Prix : €0.01
Tags: