France

Les artistes francophones de: France

Joss Baselli

Joss Baselli (Accordéon)

Joss Baselli, de son vrai nom Giuseppe Basile, est un accordéoniste français né à Somain (Nord), le 19 septembre 1926 et mort à Mâcon (Saône-et-Loire), le 5 septembre 1982.

Josette Baselli, fille de Gus Viseur, parle de son époux Joss  :

Ses parents y tenaient un café. Il eut pour initiateur à la musique son frère Enrico Basile. Comme Enrico était professeur, son petit frère avait tout ouïe dehors, l’aîné a initié le plus jeune. Et comme Joss se débrouillait fort bien, Enrico lui a recommandé gentiment qu’il devrait peut-être quitter les lieux et se faire un nom ailleurs. Joss est parti pour Cambrais, Lille, puis Paris et le monde… En tout cas, une chose est sûre : c’est surtout son frère qui l’a poussé vers cette vocation. Joss a donc joué pendant un temps dans le café de ses parents, fait les bals puis s’est envolé ailleurs. Il est monté à Paris en 1950 où il jouait alors au dancing Mimi Pinson sur les Champs. Alors qu’il effectuait une saison d'été à Pau, il a croisé la chanteuse Patachou qui lui a demandé de devenir son accompagnateur pour ses tournées en France et aux États-Unis. Il a évidemment accepté. Il s’est produit dans les grandes salles des U.S.A. et du Canada.

Viseur et Baselli jouaient-ils ensemble ?
Pas tellement, je me suis mariée en 1955, mon père est parti d’abord au Havre puis au Canada. S’il leur est arrivé de jouer ensemble, ce n’était quand même pas chose courante. En revanche, il leur est arrivé de composer ensemble.

Etait-il un vrai musicien ?
Ah oui, il pouvait tout jouer. Il avait d’ailleurs gardé un grand respect pour un certain professeur du nom de Falques, je crois. Je me souviens encore parfois l’entendre dire au téléphone avec beaucoup de respect, “maître” par-ci, “maître“ par-là. Joss étudiait la musique, il la comprenait. Accompagnateur, compositeur, il a joué avec de grands musiciens : Franck Pourcel, Raymond Lefevre, Michel Legrand, Paul Mauriat. Nous sommes allés très souvent au Japon, avec Pourcel.
Joss aimait aussi aller enregistrer à New York : car on lui demandait de jouer des airs de Paris, d’Italie, à cause de ses origines, mais aussi d’Argentine, du Brésil, d’Espagne. Joss aimait se retrouver à jouer avec des musiciens de tous les pays. C’était très moderne pour l’époque! Il y a eu aussi ce hit de Barbra Streisand, "Non c’est rien", chanté en français. C’est lui qui l’a composé. Des musiques de films comme “L’Astragale” aussi, ou d’émissions de télé comme “Le manège enchanté”, et puis d’autres que j’oublie…

Patachou, ce sont ses débuts d’accompagnateur. Cela représente beaucoup de scène et de tournées. Puis il y a eu Barbara. Quand Joss a quitté Barbara, Reggiani a appelé mon mari : « Tu viens de quitter "la Grande", puisque c’est ainsi que l’on appelait dans le milieu Barbara, alors quand tu reviens d’Amérique, viens vers moi. » Il y a eu également Serge Lama, Annie Cordy, Renaud… Il a accompagné tant de gens, rencontré tellement de monde. Marcel Azzola, Bernard Laroche, Jean Corti, Armand Lassagne, Sergio Tomassi, Yvette Horner, qui je crois a fait beaucoup pour que les femmes se mettent à l’accordéon, Richard Galliano…

Joss Baselli a surtout fait beaucoup pour l’accordéon…
Maintenant, il y a Sevran! Lors des émissions télévisées, Joss faisait toujours attention à ce qu’il y ait différentes musiques représentées. Il laissait de la place aux ouvertures classiques, et non pas seulement au musette. Cela provoquait et en énervait peut-être certains, mais cela permettait aussi une grande évolution pour l’instrument. Avec André Astier, Marcel Azzola et Joë Rossi, il a fait avancer les choses et donné une autre image de l’accordéon. Je crois que la réunion de ces quatre-là était assez privilégiée et exclusive. Ils parlaient musique tout le temps, je les entendais quand ils étaient ensemble. Ils riaient, travaillaient, jouaient, composaient…

source : Joss Baselli, Le virtuose élégant par Philippe Krümm